Après 28 ans à la présentation du jeu culte de France 3, l’animateur a rendu l’antenne samedi pour la dernière fois. Ce dimanche, dans « Le supplément » sur Canal+, il est revenu sur son licensiement.

« Pas un mot, pas un merci Julien, pas un cadeau, pas un pot d’adieu, rien ». En effet, Julien Lepers ne digère toujours pas d’avoir été écarté de « Questions pour un champion », qu’il présentait depuis  1988.

L’animateur s’est confié, ce dimanche 21 février, sur le plateau d’Ali Baddou, au lendemain de la diffusion de sa dernière émission.

Julien Lepers a été remercié en début d’année, France Télévisions évoquant des audiences jugées mauvaises et une volonté de rajeunir l’antenne. Il a été écarté par la nouvelle patronne de France 3 Dana Hastier, qui le jugeait « ingérable ». Interrogé dans « Le supplément » sur cette dernière, l’animateur lance : « Qui ça ? ». Vendredi dans le Parisien, Dana Hastier a révélé le salaire de l’animateur (40.000 euros par mois pour une semaine d’enregistrement) et le montant de ses indemnités de licenciement (1,3 million d’euros). Elle a aussi jugé Julien Lepers, 66 ans, trop âgé et « ringard ».

« Un licenciement extrêmement agressif, abusif, irrégulier » –

« C’est difficile de se relever de telles insultes », commente-t-il. Désormais « libre de dire ce (qu’il veut) et donc la vérité », il assène : « C’est un licenciement extrêmement agressif, abusif, irrégulier, sans cause réelle et sérieuse de A à Z. Sur le fond, je ne vois pas d’accident industriel : 1,5 à 2 millions (de téléspectateurs) où est le problème ? Je ne le vois pas. Et sur la forme, on a exactement tout ce qu’il ne faut pas faire du début jusqu’à la fin, estimet-il. J’ai vu cette jeune femme deux fois. La première fois, il y a un an, elle m’a enlevé les dimanches. La deuxième fois, il n’y a pas très longtemps, elle m’a tout enlevé », a-t-il souligné sur Canal+.

« Moi on s’en fiche complètement », explique-t-il, mais « je ne me fiche pas de 2 millions de gens qui regardent le jeu et qui le connaissent très, très bien. Le fait que je n’ai pas pu dire ni au-revoir, ni pourquoi ça se passe comme ça au public, à mon équipe (…) c’est insupportable, s’indigne l’animateur. Je travaille pour les téléspectateurs et qu’on manque à ce point-là de respect pour les téléspectateurs (…), pour moi c’est insupportable », a-t-il répété. « J’avais enregistré la veille (de son licenciement, ndlr) ma dernière émission de 28 ans et je ne le savais pas », insiste-t-il. « Je n’ai jamais vu une telle violence, une telle décision pour quelqu’un qui a donné 33 ans de sa vie, 365 jours par an pour une chaîne (…) Pas un mot, pas un ‘merci Julien’, pas un cadeau, pas un pot d’adieu, rien. Une main devant, une main derrière, c’est tout. »

Source : Le Supplément, Orange, Afp

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*