Un manga à la française ! Une série fleuve de douze volumes de deux cents pages, et l’ambition de trois auteurs, Bastien Vivès, Yves Balak et Michaël Sanlaville. De leur travail collectif est né Lastman, une saga romanesque et bagarreuse.

L’histoire d’un gamin tendre, Adrian, qui rêve de gagner le tournoi local de lutte. Débarque Richard, un étranger intrigant, qui lui propose d’être son partenaire et tente au passage de séduire sa mère.

Le trio livre ici une BD qui donne un coup de pied dans la fourmilière manga mais sans non plus lui manquer de respect. Cette façon différente et décalée de traiter le sujet se retrouve également dans le dessin, qui adopte par moments le style manga (noir et blanc, cases en quiconque et penchées, zooms sur les poings ou les pieds…) mais sans tenter, graphiquement, d’avoir le style manga. Les traits de vitesse, véritable signature du manga d’arts martiaux, sont ainsi limités au strict nécessaire et les visages des protagonistes n’ont rien à voir avec ceux des mangas aux yeux disproportionnés.

lastman2

A noter que Lastman n’est pas le premier manga made in France, loin de là. Au milieu des années 90, Morvan, Buchet, Trantkat et quelques autres auteurs de l’écurie Delcourt avaient proposé des mangas à la française, avec des séries telles que Nomad, HK ou Zentak.

Disponible à la vente sur le site de la fnac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*